République tchèque

En République tchèque, la recherche en physique des particules a débuté au début des années 1950, avec la constitution de trois groupes qui s'intéressaient aux rayons cosmiques à l'Université Charles, à l'Université technique tchèque de Prague et à l'Académie tchécoslovaque des sciences, nouvellement créée. Dans les années 1960, les émulsions nucléaires ont ouvert la voie aux expériences utilisant des chambres à bulles et des détecteurs électroniques menées au JINR (Doubna) et au CERN. Deux de ces expériences ont été cruciales pour la formation de toute une génération de physiciens des particules tchèques : la recherche de collisions antiproton-proton avec la chambre à bulles à hydrogène LUDMILA à Serpoukhov, et l'expérience NA4 sur la diffusion muon-nucléon profondément inélastique au CERN, à laquelle ont participé des physiciens tchèques du groupe du JINR de Doubna. Dans les années 1980, une solide équipe a rejoint l'expérience H1 au collisionneur électron-proton HERA à DESY, et une autre, constituée de membres du groupe de Doubna, a pris part à l'expérience DELPHI au LEP.

En 1992, la République tchèque est devenue un État membre du CERN, d'abord au sein de la Tchécoslovaquie, puis en tant qu'État indépendant en 1993. Par la suite, le nombre de physiciens et de techniciens travaillant dans le domaine de la physique des particules a augmenté de manière régulière et les infrastructures de base ont été considérablement améliorées.

Peu après que la décision de construire le LHC a été prise, des physiciens tchèques ont rejoint l'expérience ATLAS. Plus tard, des scientifiques tchèques ont aussi pris part aux expériences ALICE et TOTEM au LHC.

En ce qui concerne la Grille de calcul pour le LHC, Prague exploite l'un des centres de calcul de niveau 2.

Dernière mise à jour le 22 mars, 2021

Expériences

Projets

Participation à la WLCG