Finlande

La Finlande a une longue tradition de recherche en physique théorique des hautes énergies. Depuis le début des années 1980, la recherche expérimentale s'est concentrée sur plusieurs expériences-clés à la frontière des hautes énergies. Ces activités vont de l'expérience UA1 auprès du collisionneur proton-antiproton du CERN aux expériences DELPHI au LEP et CDF au Tevatron du Fermilab, en passant par des contributions importantes aux expériences ALICECMS et TOTEM au LHC, l'accent étant mis sur CMS. En parallèle, des groupes de recherche finlandais participent à des expériences menées auprès de l'installation ISOLDE, et des chercheurs finlandais se trouvent parmi les principaux contributeurs du projet CLOUD.

Les activités expérimentales présentes et futures reposent sur quatre piliers, à savoir : l'Institut de physique d'Helsinki (HIP), qui coordonne les activités de physique expérimentale des hautes énergies en Finlande ; une solide infrastructure composée de laboratoires de fabrication et de développement de détecteurs à semi-conducteurs et à gaz ; un lien local fort entre phénoménologie et expériences, en particulier dans les domaines de la nouvelle physique et de la chromodynamique quantique, et un bon système universitaire. Actuellement, toute la recherche expérimentale et une grande partie de la recherche en phénoménologie est liée aux activités du CERN. La Finlande est devenue un État membre du CERN en 1991.

La première priorité de la communauté finlandaise de la physique des particules des hautes énergies est la réussite du programme du LHC, et notamment celle du projet LHC à haute luminosité. La communauté finlandaise de la physique des particules des hautes énergies participe à des études sur les possibles successeurs du LHC, notamment le CLIC et le FCC.

Dernière mise à jour le 22 mars, 2021

Expériences

Projets

Participation à la WLCG